Newsletters et presse



Mai 2020

En raison de la décélération du rythme de propagation du coronavirus, la Turquie a entamé depuis mi-mai un processus de normalisation progressive et contrôlée. Jusqu'ici, le pays s'est illustré avec un nombre de morts liés au Covid-19 relativement faible : selon le dernier bilan officiel en date du 27 mai 2020, le pays compte 4.431 décès pour 159.797 cas.

Afin de ménager la croissance économique, les autorités turques avaient opté pour des mesures ciblées : fermeture des commerces non essentiels, fort encouragement au télétravail, couvre feu général limité au week-end et jours fériés, confinement obligatoire des jeunes et des personnes âgées, limitation des déplacements intérieurs. Désormais, dans le cadre du plan de normalisation ces restrictions ont été en partie allégées et certaines professions ont repris leurs activités : levée des restrictions de déplacements interurbains dans certains départements, ré-ouverture de certains commerces (centres commerciaux, salons de coiffure/barbiers/salons de beauté), reprise complète de la production dans les usines automobiles. À cela s'ajoute l'ouverture des frontières aux patients médicaux depuis le 20 mai. Les couvre-feux devraient néanmoins continuer à être appliqués les week-ends dans les villes comptant le plus de cas de malades et l'éducation à distance devrait se poursuivre jusqu'en septembre.

Faisant suite à 4 jours de confinement strict sur l'ensemble du territoire pour les fêtes de fin du ramadan, le mois de juin marquera une nouvelle étape dans le retour à la normale. Les compagnies aériennes s'apprêtent en effet à redémarrer leurs vols en commençant par desservir un nombre limité de destinations, les trains devraient reprendre le trafic ferroviaire dès le 28 mai et les voyages en bus comptent redémarrer le 04 juin. Les rassemblements dans les lieux de culte seront à nouveau autorisés mais resterons fortement encadrés. Les bars, restaurants et café s'attendent à une ré-ouverture de leurs commerces mi-juin.

Sur le plan économique, la Banque centrale turque a abaissé le taux directeur de 50 points de base à 8,25%, marquant sa neuvième réduction consécutive depuis juin 2019. Prolongeant un cycle d'assouplissement qui a fait chuter le taux de 1.575 points de base en moins d'un an, la Turquie entend plus que jamais maintenir le crédit en circulation. Malgré une contraction du PIB attendue cette année, les spécialistes anticipent un fort rebond dès 2021 (+6% selon la BERD). Cette reprise devrait être en partie soutenue par la volonté des entreprises européennes de transférer leurs chaines de production en Turquie pour rapprocher géographiquement leur processus d'approvisionnement attirant ainsi les investissements.

ACTUALITES ECONOMIQUES & BUSINESS

Les vols domestiques et internationaux et voyages en train vont reprendre en juin
Malgré une ambition initiale de reprendre fin mai ses vols domestiques et début juin ses vols internationaux, la compagnie aérienne nationale Turkish Airlines a prolongé la suspension de ses vols de quelques jours et ceuxi-ci devraient reprendre respectivement les 04 et 10 juin prochains. La compagnie Pegasus a également reporté la reprise de ses vols et annulé les réservations effectuées entre le 28 mai et 03 juin. La TCDD (compagnie ferroviaire nationale) a annoncé la reprise du trafic ferroviaire dès le 28 mai et les trains fonctionneront à 50% de leur capacité. Les voyages en bus redeviendront possibles à partir du 04 juin. Dans les trois cas, des mesures de précaution d'hygiènes strictes seront mis en place pour assurer aux voyageurs des conditions de voyage sans risques sanitaires (contrôle de température, port du masque obligatoire, mise à disposition de gel hydro-alcoolique, réorganisation de l'espace...).
Source : Agence Anadolu, 20 mai 2020, Raillynews, 22 mai 2020

Istanbul se hisse 4ème ville européenne en termes de visibilité digitale
Selon une étude menée par l’agence britannique ING Media "Global Cities Digital Visibility Series 2020", la mégapole d'Istanbul devient la 4ème ville européenne la plus mentionnée sur les réseaux sociaux et les flux d’actualités en ligne. En gagnant 3 places, Istanbul devance Rome, Barcelone et Moscou et se hisse derrière Londres, Paris et Madrid. L’étude montre ainsi qu’Istanbul détient l’un des pourcentages de couverture dans les médias numériques le plus élevé avec une part de visibilité digitale de 6,9%. L'objectif de l'étude, réalisée pour la 2ème fois, est de corréler la visibilité numérique d’une ville avec son potentiel économique. En d'autres termes, plus les gens parlent d’une ville sur les réseaux sociaux et autres outils de communication numérique, plus cette ville gagne de l’importance en termes d’opportunités d’investissement et de reconnaissance. Cette étude prend d’autant plus d'ampleur dans le contexte actuel de pandémie où la communication d’une ville peut être un facteur d’attractivité économique majeur.
Source : ING Media, 20 avril 2020

La Turquie, destination privilégiée pour les IDE en énergies renouvelables
Selon le classement Greenfield Investment Monitor FDI Markets, la Turquie se hisse 7ème principale destination européenne pour l'investissement direct étranger dans les énergies renouvelables. Cette forte attractivité est le résultat de plusieurs dispositifs mis en place depuis de nombreuses années. La Turquie a en effet pris des mesures fortes pour améliorer son environnement d'investissement dans ce domaine, en particulier par le biais de nouvelles législations, en proposant des incitations attractives aux investisseurs étrangers et en introduisant une nouvelle structure d'appel d'offres pour développer et soutenir les équipements produits localement. La capacité en énergie renouvelable du pays s'élève aujourd'hui à 42 GW et devrait atteindre 64 GW d'ici 2024. Cette estimation place la Turquie 5ème pays européen et 11ème pays mondial en termes de capacité en énergie verte.
Source : Daily Sabah, 14 mai 2020

Le nippon Fanuc renforce ses investissements en Turquie
Le constructeur japonais de machines et de robots industriels Fanuc a investi 250.000 € dans un nouveau centre de réparation à Istanbul. Il proposera des services de renouvellement de moteurs au lieu des services d'opérations de réparations habituels. Fanuc compte ainsi apporter à la Turquie une qualité de service similaire à celle appliquée dans ses centres au Japon, aux Etats-Unis et en Europe. Le japonais envisage d'intensifier ses investissements en Turquie et compte augmenter le volume et la capacité de cet installation en l'emménageant dans un nouveau bâtiment, le centre se trouvant actuellement à l'intérieur du siège situé à Istanbul, sur une superficie de 500 m2. Cet investissement est un indicateur significatif de l'importance qu'attache Fanuc au marché turc.
Source : Hürriyet Daily News, 17 mai 2020

Imperial Logistics et MEX unissent leurs forces
La société sud-africaine Imperial Logistics, active dans le transport de marchandises, est entrée sur le marché turc en s'associant à M Ekspres (connu sous le nom de MEX). La nouvelle structure, qui sera basée à Istanbul, proposera ses services d'expédition import et export par voie aérienne à la clientèle déjà existante mais aussi à de nouveaux clients. Tirant profit de la situation de hub du nouvel aéroport d'Istanbul et de ses nombreuses destinations desservies, elle vise à accroître ses expéditions vers le continent africain. "Notre ambition est de devenir la porte d'entrée de premier choix vers l'Afrique (...). Cela nécessite un réseau mondial pour nous connecter aux principaux marchés internationaux. [Ce partenariat] est une coalition de forces complémentaires, dans un pays dont l’économie est l’une des plus dynamiques au monde et qui présente un fort potentiel." a déclaré le PDG d'Imperial Logistics.
Source : Imperiallogistics.com, 02 avril 2020

La Turquie deviendra l'un des 5 pays à la croissance la plus rapide dans le e-commerce
C'est ce que rappelle le PDG de DHL Express Turquie, Claus Lassen. L'étude menée par Statista révèle en effet que la Turquie enregistrera un taux de croissance annuel de 12% sur la période 2018-2022 dans le e-commerce faisant du pays l'un des marchés à la croissance la plus dynamique dans le commerce électronique. Ce dynamisme s'est d'autant plus accéléré avec la pandémie du coronavirus, observe Claus Lassen, les expéditions d'échantillons ayant enregistré une hausse spectaculaire de +44% en mai par rapport au mois d'avril. Alors que les déplacements internationaux sont limités, les entreprises turques cherchent en effet à maintenir leurs activités voire à pénétrer de nouveaux marchés en utilisant de plus en plus les outils numériques. Le PDG de DHL encourage fortement les entreprises à se préparer dès maintenant à la période post- coronavirus pour tirer profit de cette opportunité. Conscient de la force logistique du pays, DHL Express Turquie avait investi 135 millions € dans un centre d'opération hautement technologique au sein du nouvel aéroport d'Istanbul. Sa construction est toujours en cours et devrait être opérationnel au dernier trimestre 2020.
Source : Dünya, 24 mai 2020

La Turquie ouvre ses portes au tourisme médical
Principale destination mondiale du tourisme médicale, la Turquie a réouvert ses frontières depuis le 20 mai aux patients médicaux provenant 31 pays différents. Une lettre officielle du ministère énumère les conditions d'acceptation des patients, l’admission à l’hôpital, les règles de traitement, de sortie et d’isolement. Seuls les individus négatifs au Covid-19 seront acceptés, les tests pouvant être effectués soit à l'entrée du territoire turc ou dans le pays d'origine. Les patients et accompagnateurs seront directement conduits à l'hôpital et ne pourront être hébergés dans un autre établissement. En démontrant la solidité de son système de santé pendant la pandémie, la Turquie compte tirer profit des opportunités liées au tourisme médical. L'inauguration du complexe hospitalier de Basaksehir Çam et Sakura d'une capacité de 2.682 lits, illustre l'effort et la volonté du pays de se maintenir comme un hub international de santé.
Source : Dünya, 20 mai 2020

La BERD soutient massivement les banques turques
En réponse à l'impact économique lié à la pandémie du coronavirus, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a accordé 430 millions $ de prêts à 4 banques turques (Deniz Bank, QNB Finansbank, YapıKredi et Garanti BBVA). Ces sommes seront principalement rétrocédées sous forme de crédits aux PME qui connaissent une baisse d'activité, de leur chiffre d'affaires et/ou de leur rentabilité. Parallèlement à ces prêts, quelques banques ont mobilisé des financements supplémentaires sur les marchés internationaux : 880 millions $ pour Yapıkredi et 594 millions $ pour Garanti BBVA. En outre, la BERD a également accordé un fonds de 27 millions $ à la société turque Yayla, fabricant de plats préparés, pour le financement de ses opérations quotidiennes. L'institution européenne compte consacrer un soutien total de 21 milliards € pour aider les entreprises de 38 marchés émergents à affronter l’impact économique du Covid-19.
Source : BERD.com, mai 2020, Daily Sabah, 22 mai 2020

La plateforme de négociation d'actifs numériques Koindex investit 1 million $ en Turquie
La plateforme japonaise Koindex a démarré ce mois-ci ses activités de gestion d'actifs numériques en Turquie. Elle offre une utilisation multiple de portefeuilles de stockage de crypto- monnaies, une haute sécurité et une rapide prise en charge des transactions à haut volume. C'est la hausse des transactions en monnaies numériques en Turquie qui a conduit les hommes d'affaires nippons à investir dans ce domaine ; une hausse est tirée par une population jeune, ultra connectée et plus encline à adopter facilement les nouvelles technologies qui s'est particulièrement accentuée ces dernières semaines par l'effet du coronavirus. Conçue pour faciliter l'accès aux crypto-monnaies et actifs numériques, en particulier Bitcoin, la plateforme, développée par des ingénieurs turcs, offre aux détenteurs de token différentes façons de gagner (trade mining, pledge, margin trading).
Source : Dünya, 18 mai 2020

La Société Générale finance l'expansion du métro de la ville d'Izmir
Malgré la pandémie de coronavirus, la Turquie continue de recueillir des fonds pour le développement de ses infrastructures. Izmir, 3ème ville du pays, reçoit un financement de 25 millions € de la Société Général complétant le prêt de 80 millions € accordé par la BERD en 2018 pour la construction d'une nouvelle ligne de métro de 7,2 km de long. La ligne devrait être opérationnelle en 2022 et compte améliorer la connexion entre un campus universitaire, un hôpital et des zones commerciales. Elle sera reliée aux réseaux de bus, de trains de banlieue et de tramway. En 2018, Izmir a rejoint la BERD Green Cities, un programme de développement durable urbain actif dans 40 villes, engagé à développer un plan d'investissement progressif visant à relever les défis environnementaux.
Source : BERD.com, 13 mai 2020

La banque polonaise de sang ombilical PBKM acquiert 70% du Turc Labcell Acibadem
La banque polonaise de sang ombilical PBKM/FamiCord, leader européen dans la conservation de cellules souches, a acquis pour 2,8 millions € une participation de 70% dans le laboratoire Labcell Acibadem, banque de cellules souches et de sang de cordon ombilical implantée en Turquie. Avec cet investissement, la société polonaise, qui exploite déjà deux banques de sang de cordon en Turquie (Acibad et Yasam Bankasi), compte accroître encore davantage sa part de marché et estime que les ventes de services en banque de sang de cordon dans les hôpitaux du groupe Acibadem augmenteront jusqu'à 50% au cours des 3 à 5 prochaines années. A moyen terme, PBKM/FarmiCord n'exclut pas de renforcer sa présence en Turquie en élargissant sa coopération avec Acibad et en proposant des thérapies expérimentales dans ses hôpitaux, avec l'utilisation des cellules souches par exemple.
Source : Dünya, 15 avril 2020

Nouvel accord entre GE Renewable Energy et le turc Fina Enerji
GE Renewable Energy, division du conglomérat américain General Electric (GE), a été sélectionnée par la société turque d'énergie renouvelable Fina Enerji pour fournir 52 éoliennes terrestres de 3 MW à quatre parcs éoliens turcs. Ces parcs auront ainsi une capacité totale de 193 MW. Ils alimenteront l'équivalent de 195.000 foyers et permettront d'économiser 650.000 tonnes de dioxyde de carbone. Ce nouveau projet augmentera la capacité installée de Fina Enerji de 350 MW à 543 MW. Le contrat avec GE comprend également l'entretien des turbines pour une période de 10 ans. Les pales d'éoliennes seront construites localement dans l'usine de GE Renewable Energy située à Izmir. À ce jour, GE a installé 1,2 GW d'énergie éolienne et a construit 500 éoliennes en Turquie, dont 350 MW de projets éoliens terrestres construits conjointement par GE Renewable Energy et Fina Enerji. "GE a été l'un des premiers investisseurs en Turquie et poursuivra son engagement à créer des emplois et à contribuer au développement technologie dans le secteur de l'énergie», rapporte le responsable des régions Moyen-Orient, Afrique du Nord et Turquie de GE Renewable Energy.
Source : Daily Sabah, 18 mai 2020

Télécharger la newsletter au format PDF